Maach Mat(h): Historique de Maach Mat(h)

En décembre 1992, Math-Ecole, une revue suisse romande de maîtres de mathématique, proposait à ses lecteurs une première confrontation sur des problèmes de mathématiques, par classes entières de 3e, 4e et 5e primaire. L’intérêt s’est vite développé et à sa troisième édition, lors de l’année scolaire 1994/1995, ce rallye franchissait ses frontières d’origine pour atteindre l’Italie, en particulier les régions de Parme et de Pavie. L’année suivante, il s’étendait encore pour gagner la France, plus précisément la région de Grenoble.

Du 31 octobre au 2 novembre 1997, des journées d’études sur le Rallye mathématique transalpin (RMT) se sont tenues à Brigue (Suisse) et ont réuni des collègues français, italiens, luxembourgeois et suisses. Les bases de Maach Mat(h), appellation luxembourgeoise du même rallye, étaient jetées.

Dès le départ, l’idée suscita un vif intérêt: en février et en mai 1998, quelque 110 classes réparties à travers le Grand-Duché de Luxembourg participaient à la première édition de Maach Mat(h). Parmi celles-ci, douze étaient sélectionnées pour la finale qui se déroulait le 30 juin, à l’ISERP, à Walferdange, en présence de Madame Hennicot-Schoepges, Ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle.

Pendant l’année scolaire 1998/1999, Maach Mat(h) dépassait le cadre de l’enseignement primaire: en effet, aux 175 classes du primaire se joignaient 66 classes des deux premières années du secondaire (ES et EST). Toutes les classes participantes recevaient un diplôme de participation avec la communication de leur résultat, tandis que les 18 classes qui étaient invitées à la finale à Walferdange, étaient récompensées par une coupe et un diplôme personnalisé par une photo de classe.

Ces dernières années le nombre de classes luxembourgeoises participantes au Maach Mat(h) varie entre 250 et 300. En l'année 2017 le MaachMat(h) fête son 20ième anniveraire.

Chaque année, un colloque international réunit les organisateurs pour trois journées de concertation.